Ville de NEUILLY-PLAISANCE
Accueil / Ma ville au quotidien / RETOUR SUR LA CONFÉRENCE D'ALAIN BAUER


RETOUR SUR LA CONFÉRENCE D'ALAIN BAUER

 

 

DSC 0072Lors de sa conférence du 29 novembre à la Salle des Fêtes, le Professeur de Criminologie explique à la salle, dans un style mêlant intelligence et humour, que nous n'apprenons rien de nouveau du terrorisme actuel que nous ne savions déjà.

En fait, les réseaux sociaux et notre société du « zapping » nous a fait perdre les notions de perspective et de temps.
Il rappelle que c'est en France, sous la Révolution, qu'est né le terrorisme. L'Etat tue alors ses opposants, ceux-ci tentant d'utiliser, par la suite, les mêmes moyens contre Bonaparte. Puis Alain BAUER explique que rien ne ressemble plus à un terroriste, pour ses adversaires, qu'un résistant, selon le camp d'où l'on se place !

Il nous dit encore que ce qui permet de qualifier un acte de terrorisme n'est ni son auteur, ni les moyens employés mais simplement l « acceptabilité » de la cible, par l'opinion publique.
Puis A.BAUER rappelle que le terrorisme islamique en France prend sa source en 1979, lors de l'attaque de la Grande Mosquée de la Mecque.

 

Puis il distingue plusieurs catégories de terrorisme :
- Le Terrorisme d'Etat : Syrie, Libye, Irak, qui tend à disparaître
- Le Terrorisme nationaliste : Corses, Bretons, Basques qui a disparu ou est résiduel (sauf au Cashmire)
- Le Terrorisme « hybride », qui mêle religion et petite délinquance : Kelkal, Mehra, Kouachi, Coulibaly.

Puis des sous-catégories : le lumpenterrorisme : dont les représentants, désorganisés, commettent leurs crimes avec ce qui leur passe par la main et le terrorisme « honteux » dont les auteurs n'avouent pas leur volonté criminelle : ceux du Thalys, de St Quentin –Fallavier et de Villejuif.

Ensuite, le Conférencier traite du problème de L'Etat islamique qui, dit-il, n'a rien inventé puisqu'il annonce ce qu'il va faire à l'instar d'Hitler dans « Mein Kampf » et qui revendique ses attentats comme les terroristes d'antan.

Selon lui, le concept de « Loup solitaire « ne s'applique qu'à de très rares exceptions comme BREVICK en Norvège, puisque les autres, ayant fait allégeance à une idéologie, n'agissent jamais totalement seuls.

Il se résout à dire qu'il faut « vivre avec le terrorisme », environ 1 % des attentats étant inévitable et que la décrue d'un « cycle terroriste » est lente, entre 20 et 25 ans, d'autant que noter pays a longtemps privilégié le contre-espionnage, qui nécessite durée et secret, par rapport à la lutte anti-terroriste qui demande rapidité et partage d'informations.

Enfin Alain BAUER insiste sur le concept de Résistance qui est trop souvent ignoré qui consiste à ne pas se laisser faire comme les « héros » du Thalys voire à dénoncer la survenance imminente d'un attentat à l'instar de la jeune femme qui a révélée la cache d'Abaaoud à Saint-Denis.

Il n'y a qu'une option finalement « interdite », celle de ne rien faire, conclut-il sous les applaudissements très nourris de l'auditoire nocéen !

Galerie photos

Toutes les galeries